Fonderie Polaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Fonderie Polaire est un projet d’art in situ, éphémère et participatif; constitué d’une série d’animaux polaires. Chaque animal est juché sur une tour en acier, et celles-ci seront installés les unes à coté des autres. Le corpus a été installé sur la batture de l’Anse de la Pocatière. Les sculptures étaient placées le long de la promenade. Toutes les étapes du projet sont documentées sur supports numériques vidéo et photographique pour être diffusées au mot-clic #fonderiepolaire.

La sculpture comme une action politique et sociale.

Avec une dose d’humour, ce projet trace un portrait alarmiste de la fonte des banquises et de la montée du niveau des océans. Les animaux polaires représentés vivent habituellement sur la banquise, mais, ici, dans cette projection humoristique, ils utilisent des flotteurs ou autres articles de plage pour se reposer, ou encore ils sont placés à plusieurs pieds du sol pour être au sec suite à la montée des eaux. Ces animaux doivent donc avoir recours à des objets manufacturés pour compenser la perte de leur environnement causée par l’activité industrielle. Selon plusieurs études le niveau des océans devrait augmenter d’un minimum de 42 cm d’ici 2100.

/// English follow

Fonderie Polaire is a project of art in situ, ephemeral and participative; consisting of a series of polar animals. Each animal is perched on a steel tower, and these will be installed next to each other. The corpus was installed on the bature of Anse de la Pocatière. The sculptures were placed along the promenade. All the stages of the project are documented on digital video and photographic media to be broadcast at the word-clic #ponderiepolaire.

Sculpture as a political and social action.

With a dose of humor, this project draws an alarmist portrait of the melting of the pack ice and the rise of the level of the oceans. The polar animals represented usually live on the pack ice, but here, in this humorous projection, they use floats or other beach articles to rest, or they are placed several feet off the ground to be dry after climbing waters. These animals must therefore resort to manufactured objects to compensate for the loss of their environment caused by industrial activity. According to several studies the level of the oceans should increase by a minimum of 42 cm by 2100.